19 novembre 2010

La conférence interdite aux adultes

Dimanche 17 octobre, les enfants étaient à l'honneur pour cette troisième édition des Rencontres de Babyloan.

Après un brunch qui aura ravi petits et grands, les petits étaient invités à laisser leurs parents au vestiaire pour assister à ce qui aura probablement été la première conférence de leurs vies.

Cette conférence était animée par Jérôme Martin, un animateur et blogueur de Solidaires du monde, ainsi que par le couple De-Cherisey.

P1020789.JPG

Ambiance studieuse et rires enfantins : quand les enfants pensent « demain »

La conférence s'est ouverte sur le poème « Il faudra », de Thierry Lenain et Olivier Tallec, très joliment illustré et porté par la voix de Jérôme Martin.

P1020799.JPG

P1020815.JPGP1020810.JPG

P1020804.JPG

 

 

 

 

 

 

Tour d'échauffement : les enfants étaient invités à livrer leur ressenti sur le poème. Ils en sont rapidement venus à cette conclusion sans appel : « la planète souffre de problèmes d'adultes, mais qui concernent également les enfants. »

P1020840.JPG

Que faire alors ? Qu'est-ce qu'un enfant peut faire pour changer les choses, à son échelle. Mais d'ailleurs, son échelle, est-ce vraiment celle que nous imaginons ?

Pas si sûr...

L'histoire racontée par Marie-Hélène De Cherisey nous le prouve. Au Radjastan, dans le village de Lasporia, vit Laxoman, petit-fils du Radjah du village. Après un an passé en pension, à la ville, Laxoman revient au village. Et que retrouve t il ? La désolation : son village est dévasté, l'absence d'eau, due à une mousson qui n'est jamais venue, a placé les villageois dans la tourmente, à tel point qu'ils se disputent sans répit.  Laxeman, prince du village, part alors réparer l'énomre réservoir que son père avait creusé, avec pour tout équipement une pelle et une pioche. Les villageois, tout d'abord interloqués de voir le prince agir de la sorte, se joignent finalement à lui pour lui prêter main forte. A l'image d'une fourmilière, faite d'un agencement de petits acteurs déterminés, le réservoir est rapidement réparé, prêt à accueillir la prochaine saison des pluies. Grâce à cette initiative, des centaines de milliers de personnes ont pu rester au village de Lasporia.

P1020832.JPG

P1020837.JPGMaud, la fille des De Cherisey, alors âgée de 5 ans, invitée à s'exprimer à ce sujet par ses parents, aurait alors confié : « Ce qui m'a marqué, c'est quand Laxeman a dit qu'un jour il y avait un gros trou dans la route. Il a posé son cartable et a rebouché le trou : normalement un enfant ne fait pas ça ».

Laxeman est un enfant, mais un enfant qui a retenu le précepte que son grand-père lui a un jour appris : «  Si un jour tu veux faire quelque chose d'utile, n'attends pas pour le faire ».

Après cette anecdote, issue d'une rencontre faite lors du tour du monde effectuée par la famille De Cherisey, place à la réflexion des enfants à qui il était alors demandé ce qu'ils ont retenu de cette histoire, et plus spécifiquement, ce qu'il faut faire pour réussir quelque chose :

Réponse :

-          Le faire tout de suite

-          Utiliser le passé

-          Aider les autres

-          Penser aux autres

-          Se mettre à plusieurs

Marie-Hélène s'est alors permis de rapprocher cette dernière idée d'une pensée de Gandhi : « Seul, je ne peux rien.  A plusieurs, on peut faire de grandes choses. »

Laurent De Cherisey a ensuite pris la parole pour faire une annonce qui n'a pas manqué de plaire aux enfants sur place : distribution de flyers pour inciter les enfant à participer à un grand jeu concours « l'avenir, c'est vous » qui leur permettra peut-être de gagner un voyage au bout du monde avec leurs familles.

P1020844.JPG

Pour appuyer l'idée selon laquelle les enfants ne se cantonnent pas au rôle qu'on voudrait leur assigner, Laurent De Cherisez a raconté l'histoire de l'association « Libérez les enfants » (free the children). Celle-ci a été créée sur l'initiative d'un enfant révolté de voir que d'autres enfants étaient contraints de travailler, qui plus est dans des conditions innommables. Ce dernier a alors alerté la communauté internationale, à tel point que l'association qui a vu le jour pour défendre cette cause est aujourd'hui l'une des plus actives du monde, avec des millions d'euros levés chaque année.

Jérôme Martin a ensuite proposé une animation aux enfants : le jeu du « d'accord/ pas d'accord ». Le principe est simple : une ligne délimite la frontière entre deux zones signifiant respectivement « d'accord »/ « pas d'accord ». A l'annonce des affirmations, les enfants étaient alors invités à se déplacer sur l'une ou l'autre de ces zones, et de justifier leur choix. La première affirmation était la suivante : « si un homme a faim, mieux vaut lui apprendre à pêcher que de lui donner du poisson ». Résultat : 100% des enfants présents se sont dits d'accord, en justifiant leur choix par le fait qu'un homme à qui l'on apprend à pêcher pourra pêcher plusieurs fois. Seul Laurent De Cherisey a nuancé l'avis général, en mettant un pied dans chaque zone. Pour lui, il y a des situations qui méritent de la solidarité « dure » : il faut donner, parce que l'urgence et la nécessité l'imposent.

P1020853.JPGP1020856.JPGP1020861.JPG

La solidarité ne se négocie pas. C'est elle qui rend l'humanité aux hommes, par ailleurs pétrie de faiblesses. Pour finir cette note, citons l'anecdote que Laurent De Cherisey rapportait à l'issue de cette conférence. Un jour, il a rencontré un paléontologue qui a fait cette découverte étonnante : un squelette d'un homme préhistorique handicapé d'une soixantaine d'années. Qu'est-ce que cela peut-il signifier d'autre, sinon que les hommes préhistoriques savaient déjà faire preuve de solidarité envers ceux que la nature avait désavantagé ?

Commentaires

Bonjour, merci pour cette note bien documentée. Je garde un formidable souvenir de cette conférence interdite aux adultes. C'était un vrai défi d'animer ce temps d'échanges entre enfants. Merci à Marie-Hélène qui dès le lendemain de cette conférence m'a déposé un petit commentaire sur le blog que j'anime.
http://educationaudeveloppement.solidairesdumonde.org/archive/2010/10/25/conference-interdite-aux-adultes-lors-des-rencontres-de-baby.html

Elle me parlait de la prochaine sortie de "Ce n'est qu'un début.." un film qui documente une expérience pédagogique originale d'atelier de philosophie dans une classe de maternelle. Je ne peux que vous inviter à aller voir ce film, il fait écho à notre expérience ponctuelle d'animation d'un dialogue entre enfants sur des sujets complexes, les sujets de la vie...

Alors prochain défi pour toute l'équipe de Babyloan créer un groupe durable de réflexion d 'enfants qui pourrait nous exposer leur réflexion lors des prochaines rencontres?? Je rêverai de travailler à ce type de défi, celui d'organiser des ateliers de discussion entre enfants sur l'économie, la solidarité...Merci d'avoir bien préciser dans cette note les propositions des enfants face aux constats du monde...:" Le faire tout de suite", "Utiliser le passé", "Aider les autres", "Penser aux autres","Se mettre à plusieurs"...autant de bons conseils exprimés en à peine une heure d'animation...Imaginons si avec le même groupe nous avions eu plus de temps, des rencontres régulières dans le temps...peut-être pourrions-nous déjà envisager des travaux pratiques...et là le concours "l'avenir c'est nous" présenté par Laurent prend sa place, une fonction. Ce qui est dommage c'est que chacun dans son coin, en fonction de son temps, de la disponibilité de ses parents...s'inscrira dans ce concours...ou pas.

Merci à l'équipe de solidairesdumonde de faire l'écho de cette initiative pédagogique, dont trop de journalistes ne semblent pas prêter attention...merci d'avoir été là et à présent de témoigner...et si ce n'était qu'un début...

Jérôme Martin

Écrit par : Jérôme Martin | 21 novembre 2010

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.